blog-politique

blog-politique

François de Closets en colère…

… contre les élites

Le livre de François de Closets retrace notre époque méticuleusement et efficacement : du nucléaire à l’euthanasie en passant par les finances publiques, la sécurité routière, les OGM ou les déjections canines. Le point commun de ce événements ? Le comportement de nos élites françaises qui, selon lui, décident sans le peuple voire contre lui… Et encore quand elles décident ! Que ce soit la rémunération des patrons, la question de leur responsabilité soulevée par le scandale de la Société Générale ou encore le procès de l’hormone de croissance, tout met en accusation une élite technocratique et mandarinale trop sure d’elle et peu préoccupée du sort des victimes, de F. de Closets montre preuve à l’appui que l’actualité, ces temps-ci, rattrape à grandes enjambées ses thèses charpentées…

Thèses charpentées en effet, avec sa rigueur journalistique, il s’est bâti une solide connaissance d’un grand nombre de dossiers sur la durée… Il en a fait la synthèse de laquelle est apparu le même symptôme : une fracture entre l’élite et le peuple, il s’est installée une défiance considérable et une hostilité croissante ; c’est le « divorce français ».

La pire des situations de mésentente : celle dans laquelle on ne peut plus se comprendre ni se supporter, celle dans laquelle il n’y a plus de respect ni des gens ni des codes ni des fonctions, mais où on est condamné à vivre ensemble. Cette situation est d’autant plus explosive et intolérable qu’elle muselle les intelligences et le débat tant ce divorce s’enracine dans l’idéologie et la démagogie.

Ainsi selon François de Closets, « nous sommes dans le pays des droits acquis plus que des droits de l’homme. Et toute cause qui n’engendre aucun profit, soit idéologique soit matériel pour une part de l’élite est délaissé ». A la question de savoir si ce divorce est irréversible… François de Closets se veut optimiste : « notre pays traverse une mauvaise passe, il en a vu d’autres et peut tout aussi bien se ressaisir. A une condition : accepter et regarder en face ce que j’appelle cette ‘garce de vérité’, faire le tri entre ceux qui veulent nous séduire et ceux qui veulent nous servir, se méfier comme de la peste de l’idéologie et de sa forme actuelle, ramollie et pernicieuse, la bonne conscience ».

François de Closets, Le Divorce français, Fayard, janvier 2008

Une réponse de “François de Closets en colère…

  1. jaglagriffe

    il serait vraiment temps que le peuple français contrôle "nos mandarins" et leurs excès à nos dépens : dernier petit exemple "fuillon" qui sé déplace en Falcone à 6000 zeuros de l’heure, pourquoi se gêner c’est l’argent et surtout la sueur du peuple;
    sénateurs, parlementaires et le parc élyséen c’est l’entente parfaite pour nous gruger ! A quand le jour de commissions citoyennes pour contrôler l’emploi de nos dons obligés (impôts)Q!

Laisser une réponse


− 3 = null