blog-politique

blog-politique

LA TVA SOCIALE : QU’EN EST-IL SELON JACQUES GARELLO ?

« La TVA sociale est une réponse incertaine à un vrai problème : celui de la compétitivité des entreprises françaises plombées par les charges sociales. Les écarts de la compétitivité ne se ramènent pas seulement aux charges sociales : la fiscalité, la rigidité du marché du travail, la réglementation ; autant des « boulets » que trainent nos entreprises.
Les charges sociales représentent 47% du coût du travail en France contre 37% en Allemagne.
Le gouvernement souhaiterait transférer les charges. Mais ne vaudrait- il pas mieux les alléger ? Cette question n’a pas été réellement abordée dans le débat de la TVA sociale, il faudrait peut-être y venir.
Le niveau des charges françaises provient du surcoût de notre protection sociale. Un salarié français qui perçoit 1.800 Euros net par mois subit une ponction de 1.600 Euros sur « son salaire complet » (ce qu’il toucherait s’il était libre du versement de ses cotisations). Le coût du poste de travail pour l’entreprise est de 3.400 Euros, dont la moitié va à l’URSSAF et non pas dans la poche du patron.
En comptant bien, avec 60 € mensuel versé sur un compte épargne retraite, on a la même pension qu’avec 200 Euros versés à la Sécurité Sociale. Le coût de la santé pourrait aussi être diminué d’un bon tiers si notre pays ouvrait la concurrence aux caisses d’assurances.
Mais évidemment nos politiques persistent à célébrer le culte de la Sécurité Sociale. La conspiration du silence a également régné dans le débat de TVA sociale.
La face cachée de la TVA sociale, c’est aussi la face cachée de la Sécurité Sociale. »

By Jacques GARELLO in « Le Figaro » du 20 Janvier 2012

Le blog : La réalité des choses et la vérité, décrites ici ouvrent le débat loyalement. Pourquoi n’entendons-nous jamais ces arguments dans nos médias nationaux ?

Laisser une réponse


six + 7 =