blog-politique

blog-politique

Le monde à l’horizon 2030

Seules les grandes lignes peut être actuellement partagées.

« Nicolas Tenzer, dans son dernier livre, écrit que la hiérarchisation entre les pays devrait s’accentuer, certains cherchant à assurer leur domination sur les autres. En 2030, les Etats-Unis conservent le leadership mondial, alors que le déclin économique et géopolitique de l’Europe de la Russie se poursuivrait. Le monde selon lui pourrait être plus stable mais sans action des organisations internationales telles que l’ONU l’union européenne… Qui sembleront de plus en plus fragiles et impuissantes. Il devrait également selon l’auteur se caractériser par des redistributions de richesse entre les pays et entre les populations.

Dans tous les cas souligne l’auteur, le monde de demain devrait être plus riche, et donc peut-être plus pacifique, mais pas nécessairement plus heureux plus harmonieux. Six
Pour Thierry Montbrial, un monde poste américain ? Devrait s’ouvrir. Il rajoute aux BRIC, la Turquie en raison de la capacité de la volonté de ce pays d’affirmer son rôle naturel de grande puissance régionale

Les questions d’économie mondiale, les migrations doivent être étudiées en fonction de 7 ensembles régionaux que sont les Etats-Unis, l’Europe, le Maghreb le Moyen-Orient l’Asie -Pacifique, et l’Afrique et l’Amérique.

La situation européenne qui a cristallisé, les préoccupations des marchés financiers et des gouvernements de la région au cours de la période, aurait peut être l’occasion de compléter les dispositifs insuffisants de la zone euro. Il n’en a rien été. Mais Thierry de Montbrial est quant à lui résolument optimiste sur l’hypothèse d’un renforcement de la gouvernance économique et des solidarités au sein de l’union.

Tous les auteurs placent les migrants, comme rouage essentiel de l’économie mondiale, devenus des acteurs autant redoutes que nécessaires. Plus visible car plus indicatif, ils sont également plus protégés, grâce à la construction progressive d’un droit international des migrants. La question migratoire demeure problématique pour tous les états qui tentent de réguler les flux migratoires par des règles et les barrières les mesures employées se révèlent souvent inefficaces.

Selon Philippe Moreau Defarges, avec la globalisation de la mobilité humaine, et l’apparition du migrant comme nouvel acteur de la scène internationale, nous assistons à une révolution des droits, tout autant à une évolution de l’image sociale d’immigrants, de plus en plus protéiforme mais toujours plus indispensable.

-De Montbrial conclut son analyse critique par ce commentaire : « tôt ou tard, un test majeur se produira au Moyen-Orient, car cette région est au carrefour d’émotions et d’intérêts tangibles qui lui donne un caractère vital pour tous les grands acteurs collectifs de la comédie de la tragédie humaine. »

Laisser une réponse


cinq × = 20